Pompe à chaleur géothermique : fonctionnement, choix et coûts

Pour réaliser des économies d’énergie, exploitez la chaleur naturelle de la terre avec la géothermie. La pompe à chaleur géothermique chauffe l’eau et votre habitat. Ceci permet des économies d’énergie considérables en comparaison aux approches conventionnelles.

L’énergie géothermique pour votre pompe à chaleur

La pompe à chaleur géothermique utilise les calories du sol pour chauffer l’eau destinée au chauffage et à l’eau chaude sanitaire. Les méthodes de captage peuvent être verticales, horizontales ou elliptiques. 

Sujet a lire : Traitement de la pyrale du buis : quel produit utilisé ?

Contrairement aux systèmes solaires, elle fonctionne toute l’année grâce à la constance de la chaleur du sol. Avec une réduction de la facture de chauffage jusqu’à 3 ou 4 fois, l’investissement dans une PAC géothermique devient rentable après plusieurs années d’utilisation.

La pompe à chaleur géothermique exploite la chaleur de la Terre pour fournir de l’eau chaude sanitaire et chauffer un logement via un circuit d’eau chaude compatible avec des radiateurs et des planchers chauffants. Des capteurs enterrés sont nécessaires pour capter ces calories, nécessitant l’intervention d’un professionnel spécialisé. Pour d’autres renseignements sur les pompes à chaleur, vous pouvez aller sur guide-pompe-a-chaleur.net.

A lire en complément : Traitement de punaises de lit : pourquoi engager un professionnel ?

La signification du coefficient de performance (COP)

La géothermie exploite l’énergie naturelle extérieure pour alimenter la pompe à chaleur, permettant une utilisation intelligente de la chaleur ainsi obtenue. Le coefficient de performance (COP) renseigne sur les performances énergétiques, calculées à partir d’une température extérieure de 7 à 10 °C. 

Ce chiffre indique le rendement par rapport à l’énergie produite et utilisée. L’indice varie en fonction du système de chauffage choisi. Un COP élevé de 1 à 7 signifie une consommation moindre d’électricité pour la production de chaleur. 

Par exemple, le captage vertical sur nappe phréatique offre un COP constant de 5 pour les pompes à chaleur eau-eau, tandis qu’une pompe à chaleur standard affiche en moyenne un COP de 3 à 4.

Le mécanisme de fonctionnement d’une pompe à chaleur géothermique

Ce système de chauffage écologique harness la chaleur du sol pour chauffer le logement en utilisant son inertie thermique, assurant une source d’énergie constante. La chaleur capturée circule dans des tuyaux en polyéthylène, avec une pompe de circulation et un point de prélèvement.

Le choix principal pour le chauffage

La pompe à chaleur géothermique n’est pas seulement un chauffage d’appoint, elle peut être le principal système de chauffage de votre maison. Cependant, son efficacité dépend de la bonne adaptation de l’installation des capteurs. Cela nécessite une évaluation préalable de vos besoins par un professionnel en fonction de la taille de votre maison et de son isolation.

Toutefois, la pompe à chaleur géothermique peut ne pas être adaptée aux régions présentant des températures extérieures extrêmement basses, telles que -10°C ou moins pendant plusieurs jours consécutifs. Dans de telles circonstances, cette solution peut être utilisée comme un complément de chauffage fiable et économique.

Variétés de pompes à chaleur

Plusieurs variantes de pompes à chaleur conviennent aux systèmes géothermiques, notamment les modèles sol-sol, sol-eau et eau glycolée-eau. Les coûts varient en fonction du choix spécifique de la pompe à chaleur. Des coûts liés au forage sont également à prévoir.

Coûts de maintenance à considérer

L’entretien annuel de votre système est essentiel pour garantir sa longévité. Le professionnel vérifiera des éléments tels que la pression et le niveau d’eau. Un contrat d’entretien avec l’installateur, coûtant environ 100 à 200 € TTC par an, est souvent recommandé pour assurer un suivi optimal.

Soutien financier pour votre projet

L’installation d’une pompe à chaleur géothermique peut être soutenue par :

  • Un crédit d’impôt de 30 % (CITE)
  • Un taux réduit à 5,5 %
  • L’écoprêt à taux zéro (Éco-PTZ)
  • Les subventions de l’Anah 
  • D’autres aides des fournisseurs d’énergie et des collectivités locales

Ces aides sont disponibles pour les projets de rénovation sur des habitations construites depuis au moins 2 ans et réalisées par un artisan qualifié RGE.